Le principe d’une base de données est de trier et d’organiser l’information. Mais comment établir des catégories d’organes génitaux lorsqu’on sait que le sexe n’est pas binaire et que le genre est fluide?

Le Projet SEX-ED + a fait le choix de catégoriser les modèles selon leur identité de genre, et de les regrouper sous trois rubriques (hommes, femmes, personnes trans et non binaires). C’est pourquoi certaines personnes dont le genre ne correspond pas au genre assigné à la naissance se retrouvent parfois dans la catégorie homme, ou femme et parfois dans la catégorie trans/non-binaire, selon le genre déclaré lors de notre rencontre. Des étiquettes permettent d’affiner par la suite les catégories.

Les empreintes corporelles qui se trouvent dans cette base de données ont été réalisées dans l’atelier de SEX-ED + en suivant un processus respectueux de l’intimité et de la dignité des modèles, basé sur le consentement. Chaque personne a dû se raser intégralement avant le moulage, ce qui explique le manque de pilosité sur ces reproductions.

La base de données est évolutive et de nouveaux modèles vont s’ajouter au fil du temps, notamment des reproductions d’excision, d’infibulation et de reconstruction clitoridienne au cours de l’automne 2022.

Femmes

Hommes

Personnes trans et non-binaires

Contribuer à une culture du consentement, un organe génital à la fois.